Réseau Scientifique Ouest Africain des plantes

ENTADA AFRICANA GUILL.&PERR.

Entada

Famille : Legumineuse Mimosacée

Mbatar, Sabâ tén (Wolof), samanéré,dibi dabi (Bambara), padapari (Peul/Toucouleur), dibi dabi samatinô (Mandingue), Seonego (Moré)

1. Connaissance de la Plante

L'entada est un petit arbre ou arbuste que l'on retrouve sur toute la ceinture tropicale, et presque dans toutes les régions sahélo-soudaniennes. Une plante africaine en danger du fait d'un usage abusif des racines pour ses propriétés médicinales, de récentes études montrent que les feuilles auraient un profil phytochimique aussi intéressant que les racines. La plante jouit d'une très bonne réputation chez les guérisseurs dans la région sahélienne, et elle est utilisée dans des indications variées. Elle est beaucoup utilisée au sahel pour la guérison des plaies et la prise en charge de plusieurs affections infectieuses cutanées. Les feuilles, l'écorce et les racines sont notamment utilisées..

Usage Médecinal et Traditionnel

  • Médecine traditionnelle :Ecorce des racines :En Tisane, macération et en décoction : Hypertension ,Diabète, Maladies des voies respiratoires(anti inflammatoire), diarrhée ,hépato protectrice, antidote de poison, rachitisme des enfants Feuilles : Contiendrait les mêmes quan
  • Phytothérapie et Evaluation clinique :Racines, En décoction : Ictère/Hépatite B(DMT mali) ,Antiinflammatoire, hémostatique, Activité antioxydante. Action molluscicide des extraits de racine (contre les vecteurs de la bilharziose)

2. Botanique

L'Entada est un arbuste pouvant mesurer de 3 à 7m de haut, branchu depuis la base. L'écorce profondément fissurée est claire. Les feuilles bipennées avec 10 à 20 paires de folioles sont alternes, elles sont de forme oblongue et arrondies aux extrémités. Les fleurs jaunâtres sont en épis axillaires de 7 à 10cm de long, elles ont la caractéristique d'annoncer l'arrivée des premières pluies au début de la formation foliaire. Le fruit est une gousse pendante de 20cm de long et 5cm de large, pouvant contenir jusqu'à 10graines. Les graines ovoïdes tombent séparément avec leur enveloppe membraneuse.

3. Portrait phytochimique

Une plante très riche en composés phénoliques principalement dans les racines et les feuilles, essentiellement représenté par des coumarines, des flavonoïdes, tannins galliques et anthocyanidines. On note aussi la présence stérols et tri terpènes mais aussi une quantité importante de caroténoïdes et de saponosides dans les feuilles, racines et écorces de la tige. Des quantités importantes de composés phénoliques et de flavonoïdes (dont la quercétine) Cette plante contient également des polysaccharides auxquels serait attribuée l'action pour la guérison des plaies.

4. Drogue Végétale et Mode d’emploi

Les racines de la plante sont le plus souvent utilisées, mais les feuilles constituent également une bonne drogue végétale (Prendre le double de la quantité que pour les racines et en infusion) Dosage : Ictère (Douaré 1991)/Problèmes hépatiques en décoction de racines séchées (Décoction de 10min puis 15 min d'infusion) : 50 g pour un litre d'eau. Boire une demi-tasse (100 ml) 4 fois par jour. Attention un traitement de 4 à 6semaines est conseillé et évaluer les valeurs hépatiques. Chez l'enfant de plus de 6ans ¼ (50ml) de tasse de 6 à 12 ans

5. Précautions d’emploi

La récolte des racines doit se faire selon description ad hoc pour la préparation des drogues végétales. Et les extraits ne doivent pas être conservés plus de 24heures

6. Effets indésirables et Contre-Indications

- E.I : Vomissement

7. Interactions avec d’autres plantes ou médicaments

- Prise concommitante avec d'autres médicaments (peu influencer le métabolisme de ces derniers)

8. Toxicité

Les feuilles et les racines montrent des activités ichtytoxiques par diminution de l'activité motrice. Les graines sont connues comme étant toxiques. Aucune toxicité notée au long terme pour l'usage des extraits aqueux.

Références Bibliographiques

  • 1°) J. KERHARO, J. G. ADAM. 1974 Pharmacopée senegalaise traditionnelle